PHILIPPE SEGUR

2017

EXTERMINATION DES CLOPORTES

Disponible chez votre libraire 
ou en ligne (Amazon, Fnac, leslibraires...)


288 pages. Publié chez  Buchet Chastel

Nous sommes invités dans l'intimité de Betty et  Don Dechine, un couple qui semble se parler encore.
Elle, enseignante, se lançant dans un doctorat ; lui, enseignant également, ancien traumatisé d'un phimosis et futur écrivain d'un chef d'œuvre digne de Hesse ou de Borges, voire même futur auteur de best-sellers par nécessité. 
Leurs mésaventures liées à la copropriété se juxtaposent à de très sérieux ennuis ophtalmiques... 
Ici le passager clandestin est un cloporte ( lové dans les yeux avec sa portée) , 
le plombier n'est pas polonais mais américain et stripper la nuit.
Pourtant derrière les apparences, se cachent bien d'autres sens.

Ce livre au goût ségurien se boit sans difficulté, englouti en un rien de temps. 
Il est comme un thé, à l'odeur de framboise, au goût pétillant, avec une saveur sournoise de désespoir ;  à laisser infuser encore après dégustation en fermant les yeux pour ressentir et ne plus voir.

Dans la valse légère de dialogues simples à foison, un humour cocasse à très grinçant 
avec quelques rais de tendresse et de mauvaise foi touchante pour sucrer les situations extrêmes.

Toujours ce personnage empli de dualité qui se confronte avec douleur au quotidien avarié où nous pourrions nous reconnaître,  et cette quête d'un retour vital à la simplicité et à la nature, le recours à une écriture salvatrice (viatique ? ). Une arrivée au "Paradis Blanc"...

Philippe Ségur n'a pas fini de nous surprendre et, malgré un air désinvolte, de se (nous) questionner.


ILS EN PARLENT, ILS ONT APPRECIE :

LE MONDE

LE FIGARO

LA CROIX

LIBERATION

LIVRESHEBDO

LE COURRIER

L'INDEPENDANT

LE JOURNAL CATALAN

FRANCE BLEU

TELERAMA


Quelques extraits truculents parmi tant d'autres :

 "Beth, j'avais écrit, j'ai une grande nouvelle : nous allons adopter. J'ai un cloporte dans l'œil depuis ce matin."
Une fois dans la classe, la concentration requise par l'enseignement du français
 à quarante titulaires de comptes Facebook et Twitter m'a rendu moins sensible à cette gêne visuelle.

Soudain je me suis rendu compte que Betty ne me donnait pas la main, contrairement à son habitude,
 et qu'elle était raide comme un bâton de réglisse à côté de moi ; l'ennui
c'est qu'au moment où je m'en suis aperçu
 sa contrariété avait déjà fait tant de rejetons que sa généalogie était devenue inextricable ; 
Son motif premier avait disparu sous des couches et des couches de griefs 
supplémentaires liés à mon incapacité à en déceler les indices.

A propos des voisins : Eux aussi nous avaient pris en affection. 
Souvent, à travers les murs, la voix de Mme Mortez nous parvenait, qui gueulait :
 "Ils sont là les autres ? Je ne les ai pas entendus ce matin, ces feignants !"

A propos d'une citation japonaise : "Comment pourrait-il connaître le monde celui qui n'a jamais goûté la morsure de son poison brûlant ?" A vrai dire, ce n'est peut-être pas un Japonais qui a dit ça, mais un Indien. Et il se peut que la citation ne soit pas tout à fait exacte. Il me semble que, dans la phrase originale, il ne s'agit pas de poison mais d'un petit sauvignon sec qu'on boit du côté de Bangalore, et que l'auteur veut parler du Bak-Bak Bar,
 un établissement populeux de la ville qui mérite le détour.

Quand Don Dechine affronte un danger, c'est après en avoir préalablement éliminé tous les risques.

Don Dechine est entouré d'un champ de force anti-intrusion grâce auquel ses sept cents amis
 se résument en réalité aux deux ou trois à qui il consent de répondre.

A propos du best-seller à écrire : "J'avais alors envisagé d'écrire un livre sur ma vie sexuelle. 
La débauche, ça reste une valeur sûre.
 Sauf que je m'obstinais à m'y vautrer avec la même partenaire depuis plusieurs années
 
et cela pour d'obscures raisons sentimentales. 
La provocation avait des limites. Je craignais qu'on ne me trouve obscène.

A propos des mandataires immobiliers : "On nous les avait dépeints comme des tueurs, 
des mercenaires sans foi ni loi, capables de vendre n'importe quel bien en un temps recors. C'était ce qu'il nous fallait.

Moi, je dis qu'on ne connaît pas vraiment les gens avec lesquels on vit. Je dis que tant que vous n'avez pas réellement ouvert votre frigo, vous n'avez aucune idée de la véritable personnalité de celui ou de celle qui partage votre quotidien.

A propos de déménagement : "Si certains se demandent comment les merveilles de l'Antiquité ont pu finir plusieurs mètres sous terre, qu'ils viennent voir chez nous, ça les instruira sur les mystères de l'archéologie."

 

 

2002 2003 2004 2006 2007

2008

2012  2017
...  

EDITIONS :

  

    

TRADUCTIONS     TRADUCTIONS        

 

     

 

 
SES ROMANS... Résumé 
4e de couverture
Résumé
4e de couverture
 Résumé
4e de couverture
Résumé
4e de couverture
Résumé
4e de couverture

Résumé
Site Buchet-Chastel

Résumé
Site Buchet-Chastel

Résumé
Site Buchet-Chastel


2003 2004 2005 2007 2008

EDITIONS
 de poche

 

  
SEUIL

 

       2007  2007 2008 2010

Sous le pseudo
 A-W ROSTO

2014

AUTRES ECRITS...

(hors écrits spécialisés en droit ou plus anciens)

 

 


 
Ténèbres et sang,
Les Yeux éclatés,
Le Souffle au cœur,
Noir est mon double

 

 

Poèmes 
 MESSAL
2007
Ouvrage collectif -
Nouvelles de la Fontaine
 18 auteurs
Octobre 2007 - Gallimard
Ouvrage collectif -
Complots capitaux
 18 auteurs
Mai  2008 -
 Le Cherche Midi
Essai
Le pouvoir monstrueux
2010
Buchet-Chastel
       

INTERVIEW DE JANVIER 2007 

Philippe SEGUR  

Il rêvait d'être ERMITE ou TRAPPEUR, 
 il est devenu Professeur de droit à la Faculté !
Sa toute nouvelle vie  :  Ecrivain à succès et à temps plein ! 

 

 

 

© Photo Philippe Ségur-2007 / netcomete

 

CARTE D'IDENTITE

 

 

Né en mai 1964 dans le Tarn

Marié, 3 enfants

Expériences :
veilleur de nuit, employé de presse,
ouvrier agricole, vendeur, illustrateur...

Professeur de droit à la Faculté de Perpignan 
de 1994 jusqu'en juin 2006 (puis à nouveau à partir de 2008)

ECRIVAIN 

Clés 
personnalité

Philippe Ségur est un auteur extraordinaire,
dans le sens "à part" 
et dans le sens "génial"...

Son style, son humour, son cynisme,
ses sujets sont atypiques... 

Drogué de l'écriture, rigoureux dans son travail, débridé dans son imagination, il cherche son inspiration dans ''sa'' réalité et les intrigues dans la dualité de l'être, du monde...

Petite revue 
de presse

 avant d'aller discuter avec l'auteur :
 cliquez ici

 

En réalité, vous écrivez depuis longtemps, et c'est "Métaphysique du chien" qui vous a dévoilé au grand public, est-ce exact ?

Oui, si la publication de romans est récente, écrire est une vieille histoire. Ma première nouvelle a été éditée quand j’avais 11 ans dans une revue de la presse enfantine. Mais il y manquait l'expérience, quelques échardes, trois mois de conflit avec un fournisseur d'accès internet, sept ordinateurs et 65 bugs électroniques, bref ces menues vicissitudes qui vous donnent de la profondeur et du détachement !

Avant la parution de mon premier roman, j’avais déjà beaucoup publié dans le cadre de mon activité universitaire : articles de recherche et essais comme Le pouvoir et le temps en 1996, La crise du droit d’asile en 1998 ou La Vème République en 1999. En 2002, Métaphysique du chien m’a permis de me faire connaître en tant que romancier grâce au prix Renaudot des lycéens et à Michel Tournier qui a défendu mon livre sur le plateau de Franz-Olivier Giesbert sur France 3.

D’autres titres ont suivi de façon régulière (Autoportrait à l'ouvre-boîte en 2003 ; Poétique de l'égorgeur en 2004 ; Seulement l'amour  en 2006). Cette année, paraissent Ecrivain (en 10 leçons) et un recueil de poèmes, Messal, chez n&b éditions.

A propos de « Journal d’un chercheur de vérité » (Editions l'Harmattan),  vous évoquez un homme qui ne parvient pas à croire qu'il existe. C’est réellement  votre cas ?

Journal d’un chercheur de vérité, paru en 1999, n’était pas un roman, mais un essai philosophique écrit sous une forme littéraire. Pour répondre à votre question, non, je ne parviens toujours pas à croire que j’existe. Parce que le fait de croire implique une mise à distance de l’objet de sa croyance, ici une représentation de soi. Pour se représenter soi-même – et nous le faisons   tous – il faut un double de soi, ne serait-ce que l’image dont nous avons l’habitude chaque matin quand nous nous regardons dans le miroir. Et ne me dites pas : mais dans le miroir, ce n’est pas un double, c’est moi ! Parce qu’avec un peu d’attention, vous vous rendez bien compte que l’image que vous avez de vous-même n’est pas celle que les autres ont de vous. Et qui vous dit que vous détenez la bonne, à supposer qu’il y en ait une ? Par conséquent, votre représentation de vous est un duplicata que vous vous êtes forgé. C’est ainsi que se construit, de manière subjective, l’identité. Or, j’admets très volontiers que ces questions s’étant posées à moi depuis l’enfance, j’ai eu et j’ai encore de sérieux problèmes avec mon identité. J’entretiens, disons, une relation d’étrangeté avec moi-même.

Vous y évoquez également la rencontre avec un maître...  Arsène Wenger a dit (cf. page netcomete): « Toutes les grandes réussites, toutes les grandes vies ont été à la fois la coïncidence d'une aptitude, d'un talent mais aussi d'une chance de rencontrer des  gens qui ont cru en toi. Il faut que tu rencontres à un moment de ta vie quelqu'un qui te tape sur l'épaule et te dise :"Moi je crois en toi!" ». Vous avez eu cette chance ?

Oui. Cet homme s’appelle Arnaud Desjardins. Je l’ai rencontré assez jeune, dans un moment de très grande angoisse existentielle et de grande incertitude quant à mon devenir. Il est le premier, à la lecture de mes textes, à avoir cru littérairement en moi et a m’avoir dit avec force que j’avais quelque chose à accomplir. Cela va au-delà du simple parcours artistique ou professionnel. Je n’hésite pas à dire qu’il m’a sauvé la vie et que ce que je lui dois est au-delà de ce que je pourrai jamais lui rendre.

L’édition : un parcours du combattant ?

C’est le moins qu’on puisse dire ! Pour mon premier roman, il m’a fallu deux ans de recherche et dix-sept refus avant de me faire éditer. Il est vrai que je ne connaissais personne et que j’envoyais mon manuscrit par la poste (moins de 1% des ouvrages publiés sont proposés de cette manière…) Et c’est là qu’a eu lieu la deuxième rencontre décisive, celle de Pascale Gautier, directrice littéraire chez Buchet-Chastel, qui s’est intéressée au manuscrit de cet inconnu tombé dans sa boîte aux lettres…

Comment avez-vous vécu les Prix, le début du succès. Les réimpressions qui s’ensuivent… Combien d’ouvrages avez-vous vendus (toutes publications confondues)?

J’ai vécu tout cela avec étonnement, curiosité et gratitude. Aussi bizarre que cela puisse paraître, je ne sais pas exactement combien de livres ont été vendus, surtout si l’on cumule toutes les publications. Cela s’étale dans le temps, il y a les sorties en poche, les traductions, etc. Je n’en ai qu’une vision fractionnée au moment du bilan annuel et je ne me suis jamais amusé à tout additionner. Si j’essaie d’estimer très approximativement, pour Métaphysique du chien, par exemple, je me dis qu’on doit approcher les 20 000. Mais je ne garantis pas le chiffre.

Après la sortie d’un livre… l’appréhension ? La peur des critiques ?

Pas d’appréhension, parce que quand un de mes livres sort, je suis déjà ailleurs, dans l’écriture d’un autre texte et que celui-ci m’absorbe totalement. Mais cela ne veut pas dire que je suis insensible aux critiques. Au contraire, j’y suis assez vulnérable en raison du problème d’identité évoqué tout à l’heure.

Vos rapports aux médias (Ecrits,  radio, TV…). Comment percevez-vous les séances de dédicace ?

Mes relations avec les médias sont bonnes, je crois. Il est vrai que j’ai eu la chance d’être bien accueilli par la critique et d’avoir été très souvent compris dans ma démarche. Je n’ai donc pas lieu de me plaindre. Quant aux séances de dédicace, cela fait partie du travail d’un auteur aujourd’hui. Les premières fois, c’est à coup sûr une petite satisfaction d’orgueil, puis seulement une part de l’activité, au sens professionnel de l’entreprise, quelque chose que l’on doit au lecteur, aussi simplement que possible…

La période des corrections… Puis enfin l’édition… Comment vivez-vous la fin d’un roman ? Y a-t-il une période de décompression ?

L’achèvement d’un roman est un moment difficile. Non pas pour le conclure, car je sais généralement en commençant où je vais arriver. Mais pour abandonner le texte. Il y a une forme d’angoisse qui est très certainement une angoisse du vide : l’abandon d’un univers qui a servi de point d’appui et de réponse provisoire à un certain nombre de questions. C’est pourquoi je réduis au minimum la période de battement qui me sépare du projet suivant. Et c’est pourquoi j’ai un peu d’avance…

Rythme de vos publications : un roman par an… avec toujours au moins un manuscrit en avance au fond des tiroirs ? Vous êtes l’Amélie Nothomb, version masculine ? avec une part d’autobiographie, de rêves et de traumatismes mêlés à une sauce aigre-douce de votre invention ?

Oui, j’ai un peu d’avance dans ma production. Je n’en tire d’ailleurs aucune fierté. Il s’agit juste d’une addiction comme une autre. Pour certains, c’est le tabac. Pour d’autres, la télé, l’alcool ou la drogue. Moi, c’est l’écriture. La meilleure solution que j’ai trouvée pour m’adapter au monde et me colleter avec ce fameux problème d’identité. Par conséquent, le jour où j’arrêterai d’écrire, c’est que je serai guéri.

D’où vous vient ce don de l’humour cinglant  et l’aptitude au cynisme ? Vous l’utilisez pour mieux respirer ?

Cela vient des auteurs que j’ai fréquentés depuis mon plus jeune âge et qui m’ont paru proposer la seule philosophie pratique acceptable : l’humour comme riposte à l’absurdité de l’existence. Woody Allen, Fante, Hamsun, par exemple, en font partie.

La dualité présente dans tous vos écrits… Votre vision du monde est-elle toujours empreinte de cette dualité ?

Toute vision du monde, tout discours, toute perspective, toute pensée, est porteuse de dualité. À l’image du diable dont la plus grande ruse est de nous faire croire qu’il n’existe pas, l’esprit secrète l’illusion qu’il est le siège de l’unité du moi alors qu’il est, par nature, le facteur de division d’avec toute chose existante, y compris soi-même. Il y a plus d’exactitude qu’il n’y paraît dans cette analogie, puisque le mot « diable » vient du grec diabolein qui signifie « diviser ». Pour qu’il n’y ait plus de dualité, il faudrait cesser de penser le monde et de se penser soi-même à tout instant dans le monde. Je ne crois pas que ce soit à la portée du premier venu…

Les traductions… Quand on note que tel ou tel livre est traduit dans telle ou telle langue, c’est un bonus sur la carte de visite, la preuve d’une réussite… Qui vous a proposé d’en faire des traductions ? Avez-vous reçu des critiques de personnes étrangères par rapport à vos écrits ?

La cession des droits à l’étranger fait partie du travail de l’éditeur et il y a chez Buchet-Chastel quelqu’un qui s’occupe exclusivement de ces questions. Je n’ai donc pas été directement contacté par des éditeurs étrangers même s’il y a eu ensuite des contacts personnels avec les traducteurs. Il y a eu des articles dans la presse étrangère, bien sûr, à la parution des titres traduits, notamment en Allemagne et en Espagne, mais je n’en ai pas pris connaissance.

Quel public  souhaitez-vous toucher ? Quel public touchez-vous ?

Je ne me suis jamais posé la première question. À vrai dire, je ne sais même pas si elle est possible. Le public, cela n’existe pas : il y a des lecteurs que l’on rencontre à telle ou telle occasion. C’est à peu près tout ce que je puis en dire. Quant à savoir qui ils sont, sociologiquement parlant, je suis bien incapable de généraliser, c’est-à-dire de les saisir en tant que groupes : j’en vois de très jeunes, de moins jeunes, de beaucoup moins jeunes, des femmes, des hommes, des chiens, des chats. Même la catégorie de « lecteurs de Philippe Ségur » me paraît abusive pour tenter de les cerner.

Recherche de l’inspiration…

Je ne cherche jamais l’inspiration, parce que, comme je vous l’ai dit, je n’aborde pas de sujet qui me soit extérieur. Je ne tire que sur des fils qui se trouvent déjà là.

Vous arrive-t-il d’allumer la lumière la nuit et d’écrire sur une feuille les idées qui vous passent par l’esprit ?

Oui. Et comme je suis naturellement insomniaque, cela me fait une raison supplémentaire de me lever dans un état second au petit, très petit matin. C’est à ce moment-là que je me mets à écrire.

Votre inconscient vous octroie-t-il encore des rêves nocturnes ou vos écrits suffisent-ils ?

Mon inconscient est mon meilleur ami. Notre collaboration artistique est des plus fructueuses et compte tenu de notre relation de confiance, il me donne à peu près tout ce que je veux : rêves, clefs narratives, dialogues jaillis d’un trait et scènes entières comme des visions.

Vous avez déjà rêvé de Yagudin ou d’avoir mangé votre chien ? (cf. Poétique de l'égorgeur et Métaphysique du Chien)

Rêvé ? Pourquoi rêvé ? Puisque je vous dis que je parle d’expérience...

Votre cursus scolaire, vos jobs... avant l'enseignement

L’école n’a été pour moi qu’un long couloir d’ennui. L’autorité et les lectures imposées m’ont toujours été difficilement supportables. Il n’y a rien de très passionnant à dire. J’ai interrompu mes études après le bac. Avant de m’inscrire à l’université, j’ai été veilleur de nuit, employé de presse, ouvrier agricole, vendeur, illustrateur, etc. De très bonnes expériences qui m’ont permis de ne pas être un pur produit du système éducatif. 
En 1993, j'ai obtenu mon doctorat et l'année suivante j'ai passé l'agrégation des Universités...

Comment êtes-vous « tombé » dans l’enseignement, comment êtes-vous devenu professeur de faculté en Droit Constitutionnel ? Des propos d'étudiants laissent paraître que êtes un excellent pédagogue qui offre son savoir avec générosité... Le rapport entre vous et Nid (le professeur de Poétique de l'Egorgeur)... Votre départ...

J’ai d’abord eu une attirance pour la recherche universitaire, c’est-à-dire pour une autre forme d’écriture et de réflexion. L’enseignement n’est venu qu’ensuite. Je ne me suis pas fait trop mal dans ma chute ! Je suis flatté de cette appréciation émanant d’un étudiant. Je me suis toujours efforcé de donner le meilleur de moi-même dans mes cours, même s’il me semble que l’enseignement magistral devant des amphithéâtres de trois cents personnes est aujourd’hui périmé. Poétique de l’égorgeur présente un point de vue sur le système universitaire, que j’assume en partie, mais qui ne recouvre pas la totalité de mon expérience. Je ne partage pas la paranoïa de Nid avec ses étudiants et n’ai jamais eu personnellement de difficultés avec eux. Ceux d’entre eux qui ont lu le livre ne s’y sont d’ailleurs pas trompés.
J’ai momentanément quitté l’enseignement par nécessité de vivre une autre expérience et de m’engager totalement dans celle de l’écriture.

Tac au tac en vrac !

S’il n’y avait pas eu le déclic de l’écriture… Auriez-vous été choisi par la Peinture, la Musique,  le Sport ?

Pourquoi ce conditionnel restrictif ? Vous voulez dire que je ne peux plus espérer devenir star du rock ?

Votre position par rapport à la Gastronomie.

Pratiquant, mais non croyant.  

Vous avez une activité physique ?

Oui, quand je lis, je transpire !

Votre rapport avec la Nature…

Un rapport d’excellent voisinage.

Vos auteurs contemporains préférés.

Pascal Quignard, Karine Tuil, Clément Rosset, Woody Allen, Jean-Luc Aribaud...

Les vacances pour vous… Une appréhension, un ennui ?

Quelles vacances ?

Le bonheur c’est quoi pour vous ?

Mourir heureux, comme disait Antisthène.

Votre côté féminin.

Je parle tout le temps et à tout le monde de mes grossesses.

Vous faites une collection de ?

De mes "moi" successifs.

Quelles valeurs voulez-vous inculquer à vos enfants ?

La première de toutes : la fidélité à soi-même, autre formule pour liberté et indépendance d’esprit ; de plus en plus difficile à défendre par les temps qui courent...

Vous dites de Woody Allen qu’il est un « Grand pessimiste d’une légèreté magnifique ».
N’est-ce pas aussi l’image que vous voulez donner ou ce que vous êtes ?  

Une image à laquelle j’aimerais bien correspondre, en effet. Pour la première partie de la formule, je crois qu’à mon âge, c’est gagné. Mais c’est la légèreté qui est difficile à acquérir et à garder!

Ce que représente l'Ecriture pour vous (voir les détails de la question ICI)

Ecrire, c’est un peu tout cela à la fois, mais selon les moments où la question est posée, c’est un aspect ou l’autre qui domine, ce qui explique la variété d’approches. Le plus important sans doute, c’est la nécessité personnelle : je n’écris que sur ce que je connais ou, du moins, sur des questions qui ont pour moi un retentissement vital à un moment donné. Cela n’interdit pas de le faire d’une manière fictionnelle et d’user de toutes les ressources de la fiction pour une exploration de soi qui est totale : physique, émotionnelle, mentale. Mais il ne me viendrait pas à l’esprit de travailler sur des sujets absolument extérieurs à ce que j’éprouve ou pense. Je crois, d’ailleurs, que j’en serais incapable faute de motivation, d’enthousiasme et d’ardeur.

Le roman et le recueil de poèmes qui sortent en 2007...

Ecrivain (en 10 leçons) est un texte écrit par pure gratitude à l’égard de tout ce qui m’est arrivé avec la publication de mon premier roman. C’est le récit d’une joyeuse défloration littéraire, la somme de toutes les premières fois en matière éditoriale… 

        
Buchet-Chastel / Disponible dans toutes les librairies / 14 euros   

Quant à mon recueil de poèmes, Messal, qui va paraître en même temps, il s’inscrit dans un registre très différent, non seulement dans la forme, mais aussi sur le fond. Il traduit un aspect important de ma vie qui ne transparaît pas dans mes romans : la recherche d’une communion avec la Nature. Ces poèmes ont tous été écrits dans la Nature et rendent compte d’expériences méditatives et contemplatives souvent très intenses.       

 
N&B éditions -poésie 
Diffusé par Soleils Diffusion 23, rue de Fleurus 75006 Paris / A commander en librairie /11 euros  

 

© (texte, photos, mise en page) Lisa Messmer netcomete.com / Philippe Ségur

 

Nouveau site de l'auteur (version 2008)

A propos du "maître" Desjardins

Fiche auteur sur le site Buchet-Chastel


© Philippe  Ségur
(gouache)

Extraits de romans de Philippe Ségur… Difficile de faire un choix, 
puisque dans chaque paragraphe sont semées 
des phrases fatales ! 
Drôles, profondes, cyniques...
 ICI

Lire Philippe Ségur, c'est l'adopter !  

Critique du Figaro, 23 janvier 2007 : ici 
Critique du Parisien, 8 février 2007 : ici
Critique TV5monde : ici

FNAC - RENTREE LITTERAIRE

EXTRAIT dans le FIGARO, 16 août 2008 : ici 
EXTRAIT dans le magazine LIRE, été 2008: ici
COMMENTAIRE dans le magazine LIRE, septembre 2008: ici
COMMENTAIRE dans le magazine EXPRESS, septembre 2008: ici
COMMENTAIRE dans le magazine LE POINT, septembre 2008:  ici
COMMENTAIRE à FRANCE INFO, septembre 2008: ECOUTER ici
Un des 4 invités de la première émission 
"La grande librairie" sur F
RANCE 5, septembre 2008: VIDEO ici
Autre article (Parutions.com)
Autre article (Eparsa Magazine)

Première sélection des jurés du Prix Renaudot 
(article journal LE MONDE :
ici) 


Tous les ouvrages de Philippe SEGUR (et ceux d'A-W ROSTO) 
sont disponibles en
LIBRAIRIE 
et sur les sites de vente en ligne tels la
FNAC, AMAZON...


© Philippe  Ségur

Merci à Philippe Ségur pour la grande amabilité et la disponibilité dont il a fait preuve

© (texte, photos, mise en page)  Elisabeth Messmer netcomete.com / Philippe Ségur

Ecrire un commentaire, poser une question   

Retour accueil 

© Netcomete.com / Interview janvier 2007 / Mise à jour des publications  et nouveaux liens 2008-2011-2012-2014-2016